Vente ambulante illégale à Calp

Le Conseil municipal de Calp demandera à la Subdélégation du Gouvernement d’arbitrer certaines mesures pour renforcer les actions menées dans la municipalité contre la vente  illégale dans la rue (manteros). Cette décision fait face à l‘impossibilité d’engager des policiers intérimaires pendant l’été, comme le prévoit la loi sur la coordination de la police locale de la Communauté Valencienne.

Cela a été convenu ce matin lors d’une réunion du maire Ana Sala, ainsi que des représentants de la police locale, la Guardia Civil et les associations de commerçants AEMCO et les hôteliers Sabor à Calpe.

La nouvelle loi de coordination de la police locale de la Comunitat Valenciana implique que la police locale doit avoir le même nombre en été qu’en hiver, bien que la population atteigne le triple, une période au cours de laquelle il y a aussi une plus grande incidence des cas de vente illégale de rue.

Cet été, la police locale de Calp a mené 216 actions liées à la vente dans la rue, dont 80 pour cent ont consisté en des tâches de surveillance pour prévenir d’éventuels cas. Vingt-sept plaintes ont été traitées pour cette activité, dont deux pour violation de la loi 4/2015 sur la protection de la sécurité publique aux vendeurs de rue illégaux et un vendeur de rue illégal a été arrêté pour agression contre un agent de l’autorité, blessure et résistance. De même, 70 actions d’intervention matérielle ont été réalisées.

Le conseil municipal de Calp rappelle aux citoyens que la vente dans la rue n’est autorisée que dans les marchés du samedi, les marchés aux puces du mercredi et les marchés artisanaux situés dans la rue Alemania et sur la plaza del Mediterráneo.

En outre, non seulement les vendeurs de rue illégaux sont punis, mais aussi  les personnes qui achètent, pour lesquels des amendes de 150 euros sont prévues.

Source : noticies.calp.es