a-murla-vue-sombras

Murla (en castillan et en valencien), avec une surface de 5,81 km2 est située dans le secteur oriental de la sierra de La Solana. Le territoire est montagneux avec des hauteurs remarquables comme le Seguili, le Castellet et les contreforts du Penyal de Laguar. À 285 mètres au dessus du niveau de la mer.

Selon les statistiques de 2014, Murla compte 604 habitants. Se trouve a 15 km de Dénia, à 87 km. d’Alicante et à 48 km. de Benidorm.

Dans Murla, aussi comme dans d’autres villages du Vall de Pop, se conserve intacte l’une des pratiques sportives les plus autochtones et antiques du peuple valencien, il s’agit de la Pilota Valenciana, en étant le berceau de la Marine Alta dans ce sport.

Aussi comme dans d’autres municipalités de cette zone, la modalité qui est la plus pratiquée est « à llargues », étant la plus ancienne qui se pratique seulement dans la rue. De la même manière, dans le trinquet municipal « el nel » on peut aussi voir une partie de pilota valenciana dans les modalités de « escala i corda » et « al raspall ».

Histoire

La ville de Murla trouve son origine dans un hameau médiéval d’époque musulmane qui s’installe autour de la forteresse de Pop (actuel temple paroissial). Elle remonte très possiblement autour du XIe siècle, faute des découvertes archéologiques du sous-sol qui détermineront une époque antérieure.

En dominant l’accès à la Vallée de Pop, elle a exercé jusqu’au XVIe le rôle de capitale de la vallée.

La présence historique de Murla dans le Vall de Pop a été très importante durant tout le Moyen Âge et la Renaissance.

Au XVIe siècle, c’était la seule municipalité de l’intérieur de la Marina Alta peuplée par des chrétiens, qui ont joué un rôle important dans le repeuplement des municipalités de son environnement après l’expulsion des morisques en 1609.



Castillo de Pop

a-murla-castillo-pop-sombras

L’origine du Château de Pop remonte aux premiers siècles de l’Islam. Très possiblement c’est le Cid Campeador qui l’a reconstruit lorsqu’il se trouvait dans les environs, comme raconte la Gesta Roderici Campidotice, en disant qu’il a passé Pâques de 1090 près de la communauté chrétienne ici existante.

Ensuite il a appartenu aux Señores de Martorell, aux Comtes d’Olive et aux Ducs de Gandia qui, après les attaques des corsaires de Barbe rouge subis au XVIe en l’incendiant ont fini par le céder pour qu’il fût habilité comme église paroissiale, rôle qu’il exerce actuellement.

En dominant la sortie naturelle, à travers l’enclave qui forme la rivière Pop ou Jalon depuis Castell de Castells et Benichembla, son emplacement stratégique était un lieu de passage obligé pour les communications entre les contrées de L’Alcoià et La Marine.

Les travaux récentes dans le église ont permis de découvrir certains des éléments de cette ancienne fortification, comme le réceptacle du contrepoids du pont-levis de son accès principal, un puits de captage d’eaux de la fontaine située dans les flancs de la montagne du Cheval Vert, des fosses familiales et communes à l’intérieur du temple… La chute du clocher, le 1 mai 1990, placé sur l’une de deux tours jumelles du château, a permis de la reconstruire et de rendre au monument son aspect original.

El Calvario

Le sentier Camí del Calvari, mène directement à l’ermitage de San Sebastián.

Il vit une grande affluence dans l’après-midi de Carême, quand les fidèles vont entonner le Via Crucis, et une solennité spéciale à l’aube du Vendredi Saint, avec la prière communautaire.

El Castellet

a-castellet-murla-sombras

Le Castell de Murla, est son vrai nom d’après la nombreuse documentation écrite qui existe sur sa construction et les terres qui constituaient son fief.

Situé sur le dénommé « Puig d’Orba », il reste du Castell de Murla à peine quelques uns de ses murs en ruine. Bien que l’on parle du Castellet comme « oeuvre de maures », son origine est des temps postérieurs à la conquête du royaume de Valence par le roi Don Jaime.

Il a un accès facile par un ancien chemin pour cavalerie depuis les départs de « Velich » et « Comeig ».



El Cementerio

a-murla-cementerio-sombras

Le Cimetière Paroissial, depuis sa création se trouve proche du village dans le vieux chemin de Laguart qui dévie depuis « camí du Port » à environ cinquante mètres de la Croix.

Jusqu’à peu de temps, le cimetière avait un caractère paroissial, mais à présent, il est devenu le cimetière municipal. Il date de la première moitié du XIXe siècle, puisque autrefois la coutume était d’enterrer les fidèles à l’intérieur de l’église paroissiale dans les « fosars » , soit dans des fosars particuliers qui différentes familles avaient aux pieds des autels ou dans les fosars dits « fosar comú o de les ànimes », où s’enterraient les habitants qui n’avaient pas de sépulture propre.

La rénovation du pavé du temple paroissial a mis au découvert la totalité de ces sépultures.

Il y a eu, de même, un cimetière de morisques, ou « cristians nous » (nouveaux chrétiens) qui se trouvait dans « le rodat » ou virage de « la volta », dans les environs de la « caseta de Angelet », profusément documenté dans les visites paroissiales du temps du patriarche San Juan de Ribera.

Dans les documents, était écrit qu’il fallait construire un mur et fermer le cimetière à clef pour éviter la célébration d’enterrements selon le rite musulman, après avoir été enterré faussement comme chrétien.

La Cruz

Cette croix, qui se trouve dans l’entrée du village par l’est, marque sa délimitation. Son emplacement date du XIXe siècle, quand a changé l’accès principal qu’autrefois avait lieu par le dénommé carrer d’Alcanalí.

C’est depuis ici, dans la fête de l’exaltation de la Croix, que le curé, accompagné des paroissiens, bénit le village.

Ermita de San Sebastián

a-murla-ermita-sansebastian-sombras

La Ermita de San Sebastián, est la plus ancienne de toute la Communauté Valencienne.

Dans cet ermitage se trouve, dans un retable néo-gothique, l’image du Saint Patron de Murla, accompagnée de celles de San Roque et de San Antonio. Son origine, documentée depuis la fin du XVIe siècle, remonte très possiblement au XIVe siècle, quand les ravages commis par la peste ont fait que la dévotion vers Saint Sébastien se répandait par toute la chrétienté, car il était le protecteur contre ces maladies, en construisant des ermitages situés dans des lieux élevés pour la protection des populations de la vallée.



Ermita de la Sangre

Elle se trouve située dans l’intersection des rues de La Sangre et celle del Padre Reig. C’était anciennement le hôpital de la ville, transformé, comme il est communément arrivé avec ce type d’institutions médiévales, dans un ermitage sous l’invocation du Sang de Christ.

Une image du Smo. Ecce Homo, se trouve dans son autel. Dans une niche latérale, ancienne chapelle du San Francisco de Borja, se trouve, dès 1856, l’image de la patronne de Murla, la Divina Aurora.

La Fuente

La fontaine est irriguée par la source naturelle la plus abondante de la région de Pop, et quelques jours de pluie suffisent pour voir comment de ses quatre tuyaux l’eau sort avec force et arrive même à couvrir quelques échelons de la fontaine.

La source se trouve à environ 50 mètres de la fontaine et c’est depuis ce point qui était le centre urbain depuis l’ouest.

Lavaderos Públicos

a-lavadero-publico-murla-sombras

Murla compte deux lavoirs publiques. Le premier, le llavador vell (le vieux lavoir), se trouve placé près du mur sud du château de Pop. Jusqu’à lui les eaux de la source viennent canalisées au-dessous des maisons et ses eaux servaient à l’arrosage des potagers que la population avait chez lui. Il se trouve assez abîmé mais il est digne de protection du à son ancienneté. Des nos jours, le vieux lavoir continue d’être utilisé.

Le deuxième, le llavador nou (le lavoir nouveau), est situé près de la fontaine, dans la rue de son nom.

El Rajolat

Situé face à la place centrale de Murla, le Rajolat, ample banc de pierres brillantes à force d’être utilisé comme siège, a toujours eu une place importante dans la vie quotidienne des habitants.

C’est un lieu de rendez-vous pour les jeunes et les moins jeunes, en hiver comme en été et à n’importe quelle heure de la journée.

Le Rajolat à failli trouver une fin malencontreuse, car lors de la rénovation de la place, les ouvriers ont initié sa démolition sans penser qu’ils réalisaient un attentat très grave contre le patrimoine que les dames du voisinage ont pu arrêter à temps.

Monumento al Pare Vives

Ce monument se trouve dans l’actuelle Place El Nel, au centre du petit jardin qui sépare les deux niveaux de la place. Il a été installé en 1988, au troisième centenaire de la naissance de cet illustre franciscain.

La muralla de Fontilles

Depuis Murla nous pourrons observer la muraille de Fontilles. Il s’agit de plus de 3500 mètres de muraille construits dans les années 20 pour assurer l’isolement des malades de lèpre se trouvant dans le sanatorium San Francisco de Borja. La unique porte de la muraille, a été démolie en 1964.

Fêtes

San Sebastian

Sa festivité se célèbre le samedi le plus proche du 20 janvier. Les habitants se rendent à l’esplanade de son ermitage où il y a une messe, un repas champêtre et de la musique avec les instruments typiques, la dolçaina et le tabalet. Ensuite, une procession amènera San Sebastian par les rues de Murla.
Une fête populaire a lieu pour clôturer la journée.

Semana Santa – Pascua

Les fêtes débutent le dimanche des rameaux avec la procession et la bénédiction de branches d’oliviers et la messe.

Le mercredi est célébrée la « Salpassa« . Possiblement Murla est la seule municipalité de l’archidiocèse de Valence que conserve cet ancien rituel liturgique dans lequel le curé visite tous les foyers du village pour bénir l’eau et le sel. A la fin, chaque foyer offre des œufs au curé.

Ont lieu aussi la messe du jeudi Saint, la prière du Vía Crucis l’aube du vendredi Saint, le chant du Miserere vendredi soir.



La Divina Aurora

La procession de la Divina Aurora, la nuit du 5 août, est l’une des plus grandes solennités des Fêtes Patronales de Murla. La nouvelle image de la Patronne, a été majoritairement payée par les habitantes de Murla résidents aux États-Unis. La première image de la Divina Aurora, une œuvre du sculpteur Esteve, de 1857, a été brûlée dans les années de la guerre civile.

Lors de cette journée, la Divina Aurora est amenée en procession depuis l’ermitage de la Sangre Jusqu’au temple paroissial.

San Miguel

San Miguel Arcángel, célèbre sa fête le samedi postérieur à la fête liturgique du 29 septembre. Depuis toujours c’était une fête municipale payée par la mairie, et que il y a quelque temps se fêtait avec trois jours de bous au carrer. La fête religieuse consiste en une messe et une procession.

Actuellement à lieu la Fireta de Sant Miquel, organisé par le département municipale de Culture, se déroule pendant deux jours dans lesquels il y a des expositions d’artisanat, d’animation culturelle et de démonstrations gastronomiques avec une grande participation de public.

Navidad

Noël est célébré avec grande solennité dans chacun des jours qui marque la liturgie et toujours avec l’accompagnement de villanelles populaires qui interprète le chœur paroissial, en voulant préserver cette tradition qui dans Murla se conserve intacte.