a-alcalali-vue-sombras

Alcalalí est située aux abords du fleuve Jalón à 240 mètres au dessus du niveau de la mer, avec une surface de 14.390.000 m2. Sa population est de 1.433 habitantes (INE 2012). Le 57,2% des habitants sont résidents étrangers, dont le 70,7% sont de nationalité britannique.

Alcalalí est traversée par la rivière Gorgos et entourée par la montagne Seguili, le Carrascal, Rates et Aixa, cet ensemble crée un paysage naturel d’une grande beauté .

Randonnées

Alcalalí est traversée d’une multitude de chemins ruraux entourés d’amandiers et orangers donc, c’est un plaisir marcher dans ce magnifique paysage. Pendant le mois de février, période ou fleurissent les amandiers, nombreuses personnes se rendent à Alcalalí pour profiter du spectacle de la floraison.

Pour admirer le paysage en toute tranquillité, voici quelques routes de randonnées, diverses et avec différents degrés de difficulté :

Route Alcalalí – Coll de Rates

a-coll-de-rates-alcalali-sombras

Ce parcours est une option excellente pour s’approcher du patrimoine culturel et paysager de la municipalité et de la vallée. Il s’agit d’un parcours homologué par la FEMEC et dûment signalisé, de type circulaire avec une distance de 10.570 mètres et un dénivellement de 395 mètres. Le temps approximatif du parcours est de 3h et demie et le niveau de difficulté est moyen à bas.



Route « Piedra y Agua » (la Pierre et l’Eau)

a-alcalali-caminos-de-piedra-y-agua-sombras

Il s’agit d’une route de caractère linéaire, qui longe la rivière Gorgos, déclaré lieu d’intérêt communautaire (LIC) qui lie les populations de la Vallée de Pop, de Benissa à Benigembla. Ce parcours met en valeur le patrimoine architectonique et hydraulique des différents villages.

Depuis Alcalalí, cette route a comme point de départ le Mirador del Terrer, tant pour se diriger vers Parcent comme pour la direction du Jalon. Les 19,5 km d’itinéraire peuvent être parcourus dans environ 5 ou 6 heures et son niveau de difficulté est bas.

Coll de Rates – Peña Talai – El Massil – Barranc Negre

Ce parcours, de 8,28 km, de difficulté moyenne, peut être effectué en environ 4 heures.

Cresta Sierra del Ferrer

a-cresta-cierra-ferrer-alcalali-sombras

Cette route est idéale pour des gens habitués a marcher dans la montagne. Le chemin, bien qu’il ne soit pas toujours signalisée dans tous les tronçons est facile de suivre. Par moments, le sentier apparaît et disparaît, mais il faut seulement suivre la direction vers la maison qui se trouve en bas, comme ça, le chemin de retour ne rencontre aucun problème. En empruntant cette route, on a une vue incroyable du Bernia, du Puig campagne, du Peñon d’Ifach et Aitana.
Depuis Alcalalí, la distance à parcourir pour cette randonnée difficile, est de 15,12 km.

Ruta de los almendros en flor ( Route des amandiers en fleur )

Il est conseillé d’emprunter cette route de randonnée au mois de février, lorsque les amandiers sont en fleur. Facile route circulaire de 11,32 km. Le temps approximatif est de 4 heures.



Cyclisme

a-alcalali-cicloturismo-sombras

Trois routes de VTT, dûment signalisées et de différente intensité vous sont proposées. A l’entrée d’Alcalalí se trouve un panneau de renseignements sur ces routes et c’est à partir de ce point qu’elles s’initient. Les trois routes ont un caractère circulaire.

Leur niveau de difficulté est indiqué dans le dit panneau, avec des codes de couleurs, qui vont se retrouver le long des signalisations lors des parcours.

Musées

Museo Parroquial de San Juan de la Riberah

Le musée héberge des expositions de peintures, sculptures, vêtements, livres, orfèvrerie, etc.. Situé dans la Plaza Mayor, dans l’église même.

Musée Ethnologique

Situé dans l’ancienne fabrique d’huile d’Alcalalí. Les diverses machines et les ustensiles qui s’utilisaient pour faire l’huile et le vin ont été restaurés. Le musée nous permet de nous rapprocher du travail quotidien des agriculteurs de l’époque. Le musée est situé dans la rue le Porche, Nº 33.

A visiter

Alcalalí compte un riche patrimoine historique, culturel et architectonique, que l’on peut apprécier en visitant ses édifices et monuments

a-alacalali-historico-sombras

Ermita de San Juan de la Mosquera

Cet ermitage date du XVIIIe siècle et pendant cette période le lieu appelé Mosquera abritait des terrains, une alquería (petite communauté rurale), une aljama (lieu où se regroupaient les communautés) et vivaient les nobles.

Au centre de la Mosquera était située l’église, actuel ermitage de San Juan, et tout autour se trouvaient ses rues avec les trente maisons qui comptait ce lieu en 1577, les divers riuraus, le moulin à grains, le four pour cuire le pain, le moulin à huile et les autres éléments agricoles qui le constituaient. En 1609 il est resté totalement dépeuplé avec l’expulsion des musulmans. Actuellement, seulement existent quelques maisons disséminées et changées en demeures pour l’été et l’Ermitage de San Juan. Celui-ci et conservé jusqu’au présent dans sa forme primitive, il lui manque seulement le clocher qui a disparu.

Ermita del Calvario

Ermitage dédié à la Vierge du Calvaire dont sa construction date d’entre 1952 à 1954. Lors de sa construction ont contribué tous les habitants de la municipalité, de forme volontaire, gratuite et spontanée.

Par la suite, en 1956 on a commencé à construire la sacristie, en finissant les œuvres en mai de l’année suivante, grâce à l’apport économique de tout les gens du village et le travail désintéressé des voisins. Dans cette sacristie, se trouve le Santísimo Cristo de la Sed.

Torre Medieval

a-torre_medieval_de_alcalali-sombres

Les habitants d’Alcalalí ont été victimes d’attaques fréquentes de pirates et de bandits. Pour se protéger de ces invasions Mosen Pierre de Castellví, souverain d’Alcalalí et de Jalón, a ordonné de construire, à la fin du XIVe siècle, cette tour Médiévale. D’une hauteur de 18 mètres, elle servait comme tour de vigie et comme dernier refuge de défense.

En 1600, Don Eiximen Ruiz de Lihori construisit près de la tour un palais-résidence, en connectant les deux immeubles avec un pont. En 1833, on a procédé à réparer le toit de la résidence et la plate-forme de la vigie de la tour est restée complètement fermée. Le Conseil municipal d’Alcalalí a acquis la tour en 1992 et en 1995 elle fut complètement restauré et dans le dernier étage, la fonction de mirador a été rétablie.

Elle conserve actuellement sa structure originale et est divisé en 5 étages. La Tour Médiévale d’Alcalalí est inscrite dans le Registre de Biens d’Intérêt Culturel du Patrimoine Historique Espagnol avec la catégorie de Monument.

En 2006, furent réalisés divers travaux de conservation, de restauration et une interprétation des graffitis et des gravures de la tour. Ceux-ci possèdent un intérêt important historique-artistique et sont indubitablement d’une grande richesse expressive.



Ces manifestations de l’homme, réalisées durant les XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles permettent de connaître avec une plus grande profondeur les habitudes, les coutumes, les sentiments et les sensations des gens qui ont habité les terres d’Alcalalí. De divers calendriers peuvent être observés, un spadassin, des personnes en train de pêcher et de ramer, des oiseaux et des animaux exotiques, un fusil de chasse, des dagues, des croix, une image religieuse et de diverses embarcations. La représentation de bateaux dans une ville intérieure comme c’est Alcalalí semble très intéressante. Il se déduit que ces gravures ont été réalisées par des marins qui pourraient s’être logés durant le temps dans la Tour.

Dans le dernier étage de la Tour se trouve le Mirador. Depuis ici peuvent être contemplés des magnifiques vues panoramiques du Vall de Pop. Nous pouvons observer le Coll de Rates, le village de Parcent avec son clocher, la montagne Pop de Murla, où a eu lieu en 1609 la dernière bataille entre les Maures et les Chrétiens, la montagne Seguili et la localité de Jalón.

Iglesia de la Natividad de Nuestra Señora

La première église catholique construite dans Alcalalí, dont il y a des écrits, date de 1577. Par la suite, en 1582 une deuxième église a été construite. Entre les années 1768 et 1808, l’Iglesia de la Natividad de Nuestra Señora (Église Paroissiale de la Nativité de Notre Dame) vit le jour.

Celle-ci fut détruite en grande partie durant la Guerre Civile Espagnole. Beaucoup de voisins ont caché dans ses maisons les objets de valeur se trouvant à son intérieur en les restituant à la fin du conflit. Les travaux de reconstruction finissaient en 1961.