Un-permis-de-construire-a-Calp-contre-un-arbre

Les entrepreneurs de Calp seront par la force des « mécènes verts ». La nouvelle ordonnance sur la protection de l’environnement urbain, qui a été approuvée à titre provisoire par la réunion plénière d’hier, crée une sorte de « taxe verte ».

Avant d’obtenir un permis, les promoteurs d’un chantier doivent remettre des arbres à la mairie.

L’ordonnance établit que le promoteur d’un chalet apporte 5 arbres. Si une propriété est construite, deux arbres doivent être donnés pour chaque étage. Les hôtels sont également inclus. Pour chaque pièce, le constructeur doit livrer un arbre. « Nous voulons encourager les promoteurs à contribuer à faire de Calp une municipalité plus verte« , a déclaré le maire par intérim, Ana Sala.

Actes de vandalisme

L’ordonnance révise aussi la sanction des mineurs qui commettent des actes de vandalisme (en particulier des graffitis). « Jusqu’à présent, ils étaient punis d’une amende. Il n’y avait pas de punition, puisqu’elle était payée par leurs parents « .

Désormais, les mineurs qui causent des dommages au patrimoine public effectueront un travail social. S’ils ont souillé un mur de graffitis, ils seront obligés de le nettoyer.

Fondation Abargues

La plénière a donné le feu vert à l’accord avec la fondation religieuse Abargues par lequel le conseil obtient 30.000 mètres carrés de terres de dotation. Cette terre est merveilleuse pour le consistoire. Il pourra, enfin, céder à la Conselleria de Educación les 15.000 m2 nécessaires à la construction du deuxième institut réclamé.

La mairie ne paie pas la fondation Abargues avec de l’argent, ni avec un échange, mais avec des unités d’usage. Cette entité religieuse possède de nombreux terrains à Calp, dont certains sont même très proches des plages. Avec les unités d’utilisation, la mairie aura de terrains pour construire.

Source : levante-emv.com