Teulada Gothique Fortifiée a été déclarée Bien D’Intérêt Culturel (BIC) dans la catégorie d’ensemble historique. La zone connue comme la Vila, est l’ancienne ville fortifiée et date de l’époque postérieure à la conquête chrétienne avec des ampliations au XVIe et XVIIe siècle.

Iglesia de Santa Catalina

a-iglesia-de-santa-catalina-teulada-sombras

Cette église date de 1579, construite sur une église primitive gothique qui avait été construite entre la fin du XIVe siècle et début du XVe.

La construction de cette église répond à une double fonctionnalité : religieuse et défensive. La fonction défensive était pour contrer les attaques ennemies des pirates venant depuis les côtes de l’Afrique. De ce fait, se construisit un édifice de proportions énormes si nous tenons en compte que dans dans cette période la population de Teulada était de environ 600 habitants (en 1574). Les travaux ont duré entre 35-40 années et ont été complètement financés par les voisins de la ville à travers différents impôts.

L’architecture de l’église se compose actuellement de deux parties bien différenciées : la primitive, qui date du XVIe siècle, et d’une série d’agrandissements qui vont du XVIIIe siècle à nos jours. Cette partie primitive qui s’élève sur une crypte qui servait d’un espace d’enterrement au clergé et aux familles distinguées de Teulada jusqu’aux principes du XIXe siècle, se présente comme un temple d’une seule nef orienté vers le levant, avec quatre travées, autels entre contreforts, une voûte en demi berceau et une abside polygonale de cinq côtés avec la voûte étoilée avec dans la clef les armoiries de la paroisse.




Lors du premier agrandissement de l’église, pendant le XVIIIe siècle, plusieurs changements importants ont lieu : l’on donne une forme de croix latine en prolongeant l’ancienne construction gothique, l’autel principal change d’orientation ( de l’est vers l’ouest ), la porte de style néo classique connue sous le nom de Porta Nova fut ouverte, ainsi que, toutes les caractéristiques défensives de cette église fortifiée disparaissent. Aujourd’hui nous pouvons observer seulement un tronçon de muraille dans la partie postérieure de l’église.

Entre les XIXe et XXe siècle, sont construites la chapelle de la Communion et des nouvelles dépendances de la Sacristie. Pour continuer, s’érige le nouveau clocher, après avoir abattu l’ancienne tour ronde connue comme la Torre del Relotge (Torre del Reloj), située à côté de la Porte de la Barbacane, qui allait depuis l’église jusqu’à l’actuelle Casa Abadía. Ce nouveau clocher mesure 24 mètres de périmètre dans la base et 30 mètres de hauteur.

Sala de Jurats i Justícies

a-sala-jurats-teulada-sombras

Construit en 1620, dans un moment d’expansion urbaine, économique et démographique de la ville, il sera le premier édifice civil pour les réunions des autorités municipales de Teulada, qui auront lieu jusqu’en 1991.

L’édifice est fait en pierres de tuf de forme rectangulaire, construit en un seul espace, avec trois arches dans sa partie centrale. Son portique fut utilisé à l’époque comme Bourse de Commerce. Sur sa façade principale on peut admirer un cadran solaire datant de 1639.

Il a été, à travers l’histoire, le bâtiment le plus polyvalent de Teulada, utilisé comme école, marché, endroit pour la répétition de la bande de musique locale, bureau du juge de paix et comme mairie.

L’édifice se trouve au coeur du centre historique de la ville, près de l’ancienne demeure de Constanza Ferrer, soeur de Saint Vicente Ferrer, patron de Teulada

Ermita de la Divina Pastora

L’Ermitage se trouve à côté de l’église paroissiale de Santa Catalina. Il n’y a pas des données exactes pour connaître l’année exacte de sa construction, par contre apparaît dans des archives la date de sa restauration, 1861. Dans sa construction, deux styles sont présents : la façade est de la période de la renaissance et le reste de l’ermitage est baroque.

Comme lieu sacré, l’ermitage de la Divina Pastora, avait une fonction relative aux enterrements en étant l’antichambre funéraire du cimetière qui se trouvait près de l’église. Le souvenir de cette fonction a duré jusqu’à environ 30 années à travers des processions de la Divina Pastora par les rues du village.

Ermita de San Vicente Ferrer

a-s-vincent-ferre-teulada-sombras

La dévotion populaire dans Teulada vers le père Vicente Ferrer est basé sur une ancienne tradition qu’il faudrait situer au milieu du XVe siècle. Selon cette tradition, vivait à Teulada Constanza Ferrer, sœur du Saint qu’il venait visiter au cours de ses voyages de prédication par les terres de l’ancien royaume de Valence. Fruit de cette tradition a été la construction de l’ermitage de San Vicente Ferrer.

L’ermitage de style néo classique, date du XVIIIe siècle.

Originaire de cet ermitage est la peinture l’Adoration des Rois Mages, qui faisait partie du Retable des Âmes du XVe siècle et détruit durant la guerre civile espagnole. L’auteur de cette œuvre, dont on ignore son mon, a été connu par le nom de “Mestre de Teulada” et sa peinture est considérée aujourd’hui comme la plus importante représentation picturale du patrimoine et l’une des plus remarquables de la contrée de la Marina Alta.



Monuments de Moraira

Le Château

Monuments à Teulada-Moraira : le château

La Forteresse de Moraira, aussi connue comme Tour-château ou comme le Rempart de Moraira, domine la plage de l’Ampolla. Son apparence actuelle, démontre l’architecture militaire du XVIIIe siècle.

Datant de 1742, comme il est établi dans l’écusson se trouvant à l’entrée de la tour, le Rempart possède la forme caractéristique d’un sabot de bœuf. Pour y pénétrer, il fallait utiliser la porte d’accès côté nord après avoir traversé le fossé et le pont-levis.

La forteresse de Moraira accomplit sa fonction de défense jusqu’au milieu du XIXe siècle et fut restaurée au début de l’année 1980, en respectant dans la partie extérieure les critères de son état original. L’intérieur en revanche a été modifié en partie par rapport à la forme primitive, ayant disparu les deux cheminées situés aux bords de la fenêtre centrale. La cour centrale a été recouverte et on n’a pas reconstruit l’entresol côté ouest.

Les murs, de 10 mètres de hauteur, sont construits avec une maçonnerie ordinaire, revêtu par des pierres de taille originaires de la même zone côtière. Dans la partie haute du château, se trouve un rempart avec sept créneaux pour placer les canons.