farragosos-tramites-300x300

La régulation nécessaire des accès pour empêcher la massification (et la destruction) de la Cova Tallada n’arrivera pas pour cet été, mais, la voie qui a été initiée pour éviter que l’un des points les plus touristiques de notre côte subisse une plus grande dégradation , n’a plus de retour en arrière.

La Cova Tallada de Xàbia (la route d’accès principale se trouve à Dénia) prend du temps pour réduire la surpopulation qui a souffert au cours des derniers étés. Le conseil d’administration du Montgó, qui s’est tenu ce vendredi 5 avril 2019, a publié le projet de décret qui donne force de loi à la réglementation de l’accès. L’étude sur la charge de l’an dernier a clairement indiqué qu’il était urgent de limiter les visites et qu’un maximum de 71 personnes devraient y accéder simultanément.

Le quota de 71 comprend à la fois les randonneurs à pied et les visiteurs arrivant par mer. Mais, le nombre de visites est beaucoup plus élevé. L’été dernier, une moyenne de 437 personnes par jour et 88 kayaks sont entrés, avec des pointes de 129 visiteurs en une heure.

La réglementation de l’accès à la grotte par voie terrestre et maritime a été demandée par le conseil d’administration lui-même, qui a donné son accord l’année dernière. Toutefois, son exécution est retardé. Comme il s’agit d’une question qui affecte les droits tels que la libre circulation des personnes, nécessite une procédure spéciale, comme l’explique le chef du service des aires protégées de la Conselleria, Jose Antonio Hernandez. Par conséquent, le ministre de l’Agriculture, de l’Environnement, du Changement climatique et du Développement rural devra signer un arrêté établissant des restrictions dans l’intérêt de la préservation des valeurs naturelles et environnementales de la grotte et de son environnement.

cova-tallada-1

Le long processus d’approbation

Le chef du Service des aires protégées du ministère de l’Environnement, José Antonio Hernandez, a admis que l’ensemble du processus d’approbation de l’ordonnance, puis une résolution qui va plus en détail est « lourd ». Il doit passer par la profession d’avocat de la Generalitat et du Consell Jurídic Consultiu. La Consellerie l’affichera sur son site web pendant 15 jours pour faire des allégations. Ensuite, il est également nécessaire d’approuver un régime de sanctions pour infliger une amende à ceux qui se faufilent sans permission dans cette grotte côtière.

José Antonio Hernandez et le directeur conservateur du parc naturel du Montgó (la Cova Tallada se trouve dans cette zone protégée), Joseba Rodriguez, ont reconnu qu’il est probable que cette réglementation ne soit pas encore en vigueur cet été.

L’ordonnance précise déjà que les agents de l’environnement, la Seprona de la Guardia Civil, la Police Autonome ou la Police Locale de Xàbia et Dénia seront en charge de la surveillance. Cependant, ni les conseils municipaux, ni la Conselleria, ni même la Guardia Civil ne sont en sureffectif.

La surveillance serait effectuée, comme José Antonio Hernandez l’a avancé, une fois par semaine lors de contrôles et toute personne non autorisée se verrait infliger une amende. Ces sanctions auraient déjà un effet dissuasif. Il est également déjà défini que les visites doivent être réservées en ligne.

Cependant, le conseil d’administration du Montgó, la direction du parc naturel et les conseils municipaux vont sensibiliser la population pour essayer d’éviter un nouvel été de surpopulation dans la Cova Tallada. Il y aura des rencontres avec des compagnies de tourisme actif et des kayaks pour établir des quotas et préserver le site autant que possible. Et aussi insister pour informer les randonneurs que le chemin est compliqué et qu’il est imprudent d’en faire avec des tongs, des enfants en bas âge ou chargées de glacières. Un panneau , demande d’accès avec des chaussures de montagne ou de sport.

cova-tallada-2

Et pour les entreprises de tourisme actif qui offrent des visites à l’espace naturel avec des kayaks « ou tout autre moyen », l’arrêté propose une exigence spécifique d’accès, d’être enregistré comme entreprises de tourisme actif dans la Conselleria de Turisme et de signer une convention annuelle avec le parc naturel où les conditions qu’ils doivent remplir et les visites seront précisées.

Le directeur du parc naturel a souligné que le problème de la Cova Tallada a son intrinsèque. « C’est la tempête parfaite. C’est devenu l’un des principaux sites touristiques d’Europe, nous n’avons pas assez de personnel pour le contrôler et il y a des sites web qui donnent de fausses informations ».

L’étude sur les espèces marines ne détecte aucun effet spécial

Au cours de la réunion, M.Rodriguez a également présenté les conclusions d’une étude de l’Institut d’écologie d’Alicante concernant l’état de la flore de la Cova Tallada. Le rapport conclut que la situation des « vermetidae » (petits mollusques gastéropodes) est bonne sauf  » dans les zones spécifiques traversées par les kayaks  » et souligne également l’existence d’une espèce d’algues considérées comme envahissantes, qui se trouve dans certains endroits, mais ne représente pas, pour le moment, un danger.

Source : levante-emv.com / lamarinaplaza.com / deniadigital.es