Port du masque obligatoire dans la Communauté valencienne

La conseillère pour la santé publique Ana Barceló a annoncé ce matin, lors d’une conférence de presse, que le port du masque sera obligatoire dans toute la Communauté valencienne, à partir d’aujourd’hui samedi 18 juillet, pour les personnes de plus de six ans, même si la distance de sécurité d’un mètre et demi est garantie.

Mme Barceló a expliqué que le profil des personnes infectées changeait tout au long de la semaine et que, ces derniers jours, le nombre d’infections chez les jeunes de 20 à 40 ans a été multiplié par quatre, principalement en raison de la vie nocturne.

Le masque sera obligatoire dans toutes les zones, à l’exception des plages, des piscines et des zones naturelles, et pour tout le monde sauf pour les enfants de moins de 6 ans ou les personnes souffrant de problèmes respiratoires.

Mme Barceló rappelle que les masques chirurgicaux et hygiéniques doivent être utilisés et que les masques avec des valves respiratoires ne sont pas autorisés, sauf à des fins professionnelles.

Elle a également rappelé qu’il sera désormais obligatoire de porter les masques sur les terrasses lorsqu’ils ne sont pas utilisés lors la consommation. La capacité des terrasses est maintenue à 75% et l’occupation maximale sera de 20 personnes par table. Dans la vie nocturne, la limitation de capacité reste d’un tiers.

Mme Barceló a quantifié le nombre de foyers qui font l’objet d’une surveillance des contacts afin de pouvoir les circonscrire le plus rapidement possible, parmi lesquels le foyer de Gandia ou de Santa Pola.

En ce qui concerne le premier, la conseillère a ordonné la fermeture de toute la vie nocturne de la ville pour arrêter la propagation du virus.

Concernant l’épidémie à Santa Pola, elle a expliqué qu’une étude approfondie sera faite pour contacter tous ceux qui étaient dans une discothèque locale les 10, 11 et 12 juillet où une épidémie a été détectée et qui touche déjà cinq personnes. En ce sens, ell a assuré qu’il agira de cette manière dans des circonstances similaires. « Si nous devons fermer la vie nocturne, ce sera fait. Nous devons en faire des espaces sûrs ».

Mme Barceló nous a demandé de ne pas oublier tout ce que nous avons vécu, tout le travail effectué par le personnel de santé dans les unités de soins intensifs, dans les hôpitaux et de ne pas oublier tous ceux qui ne sont plus là. Il a rappelé qu’il y a encore un long chemin à parcourir avant que le vaccin ne soit disponible, et c’est pourquoi il a appelé à « la responsabilité de chacun ».

Source : levante-emv.com