a-pego-historia-sombras

Pego possède de nombreux restes archéologiques témoignant de la présence de l’homme dans cette zone depuis l’antiquité, attiré par la montagne, la proximité de la Méditerranée et l’abondance de l’eau. Sur le site de l’ancien château Ambra se trouvent des morceaux de céramique décorée de l’époque néolithique, et de céramiques cardiales datant entre 4.000 et 2.000 av. J.C.

Dans l’histoire de Pego, les Romains ont laissé leur empreinte dans les environs des régions le Tossalet d’Almela ou Pujol, dans les zones de Bullentó, Castelló, Rupais et Tossalet de les Mondes où nombreux objets en céramique, datant du VIe et VIIe siècle, ont été découverts. La venue des Romains à la vallée de Pego, est attachée à la proximité de Dénia et son port, en établissait quelques villes romaines aux abords d’une route secondaire qui liait Xàtiva et Dénia par l’intérieur.




Les musulmans occupèrent la vallée de Pego autour de l’an 716, en s’installant dans des hameaux disséminés dans toute la région, sous la protection du Castell d’Ambra. Témoin de cette civilisation est le patrimoine de la toponymie rurale. Les musulmans effectuèrent de grandes transformations agricoles en créant des nouveaux systèmes d’arrosage qu’après hériteraient les chrétiens.

Après l’expulsion des musulmans en 1609, démarre la période de repeuplement chrétien avec, dans sa majorité, des familles venues de Barcelone et des Îles Baléares, ayant pour mission de construire dans l’ancien hameaux d’Uxola, une nouvelle ville entourée de murailles, trois portes et seize tours, en donnant naissance à la ville de Pego, son centre urbain et des villages dans les vallées.

À la fin du XVIIIe siècle, commence la colonisation de zones déterminées du marécage (Marjal), en commençant avec l’installation de canaux d’irrigation et d’écoulements dans les parties les plus externes. La culture du riz n’apparaît pas encore, mais les propriétaires fonciers commencent à montrer déjà son intérêt à cette culture dans le marécage.