Les habitants de la Marina Alta pourront se déplacer dans toute la province d’Alicante

Avec le passage de toute la Communauté Valencienne à la phase 1, les restrictions à la mobilité provinciale sont levées, mais pas celles de la région autonome, et la région est confrontée à un paradoxe : les habitants de Denia ou de Pego pourront se rendre à Orihuela mais pas à Oliva ou à Gandia, sauf s’il existe une raison justifiée.

Le Ministère de la Santé a annoncé vendredi 15 mai, que les 14 départements de santé de la Communauté Valencienne qui étaient encore en phase 0 (parmi lesquels ceux correspondant aux grandes villes comme Valence, Alicante ou Elx) passeront à la phase 1 à partir de ce lundi 18 mai. Cependant, cette décision a également des conséquences pour des régions comme la Marina Alta qui, comme on le sait, étaient déjà en phase 1 depuis le 11 mai dernier. C’est-à-dire qu’ils étaient en avance dans le déconfinement, mais maintenant ils sont égaux au reste des zones du territoire autonome.

Certains de ces effets impliquent une plus grande levée des restrictions à la mobilité. Ainsi, à partir de lundi 18 prochain, tous les citoyens de la Communauté Valencienne pourront circuler librement dans leurs provinces respectives sans avoir à justifier de raisons de travail, de santé ou d’extrême nécessité. Dans le cas de la Marina Alta, cela signifie que ses citoyens pourront se déplacer sans donner d’explications, non seulement dans la même région, comme cela s’est produit cette semaine, mais aussi dans toute la province d’Alicante. Et vous pouvez aller à Altea, Benidorm ou la capitale d’Alicante, pour donner quelques exemples.

Cependant, pour une région comme celle-ci qui est limitrophe, une telle mesure présente un aspect contradictoire. Et important : à moins qu’une exception à la règle ne soit proposée dans les prochaines heures, les habitants de la Marina Alta ne pourront pas se rendre dans la province de Valence, pourtant voisine. Ni à Oliva (qui a une frontière avec Denia et Pego, par exemple), ni à Gandia ou à la capitale Valence. Sauf pour les questions de travail ou de santé. Mais pas pour prendre un café ou pour voir un ami.

C’est la crainte qui existait déjà, que le déconfinement, comme il semble se produire maintenant, n’avance que par provinces : qu’un voisin de Dénia ne puisse pas se rendre dans une ville de la région très proche de La Safor mais puisse au contraire se rendre à Orihuela, à 140 kilomètres de là. D’autant plus qu’une grande partie de la Marina Alta – surtout sa partie nord – est plus liée aux régions valenciennes qu’à celle d’Alicante. Et d’ailleurs, l’affaire va être longue : en théorie, depuis la Marina Alta, il ne sera pas possible de se rendre à Valence avant la dernière étape du déconfinement, probablement fin juin ou début juillet.

Toutefois, la conseillère à la santé, Ana Barceló, a déjà déclaré qu’une exception pourrait être établie et qu’au moins la mobilité pourrait être autorisée entre des municipalités voisines de différentes provinces, comme c’est le cas au Pays Basque. En d’autres termes, il pourrait au moins y avoir une connectivité entre Dénia ou Pego et Oliva.

Le passage en bloc de toute la Communauté à la phase 1 apporte également un autre paradoxe pour la Marina Alta : à partir de ce lundi, il ne sera plus possible de réaliser une activité de plein air pour moins de 200 personnes, alors que c’est ce qui était envisagé dans cette première étape du déconfinement dans laquelle vont se trouver tous les Valenciens. Le ministre de la santé avait également demandé cette mesure par « mesure de prudence » et pour éviter la surpopulation. Mais pour les services de santé comme celui de Dénia qui étaient en phase 1 depuis plus longtemps, c’est un pas en arrière.

Source : lamarinaplaza.com