Les_emigrants_de_la_Marina_Alta_en_hausse

La Vall d’Ebo est la commune avec le taux le plus élevé de résidents à l’étranger, 21,4%.

Le nombre d’émigrants de la Marina Alta à l’étranger a plus que doublé depuis 10 ans.

Les nouvelles données du Padrón de Españoles Residentes en el Extranjero (PERE) (Registre des Espagnols Résidents à l’Étranger) montrent le dépeuplement de la région et comment le manque d’opportunités résultant de la crise a augmenté de presque 3.500 personnes qui ont quitté la région pour d’autres pays.

Crise économique, manque d’opportunités, dépeuplement de l’intérieur, … des phénomènes dont on a beaucoup parlé ces dernières années dans la Marina Alta et qui se reflètent graphiquement dans les chiffres du Registre des Espagnols résidents à l’étranger (PERE) qui a publié ce mercredi l’Institut national de statistique (INE).

Ces données permettent de configurer la carte de l’émigration dans la Marina Alta, qui est en augmentation.

Et c’est que les principales données de cette statistique sont qu’au 1er janvier 2019, les résidents espagnols qui ont quitté une municipalité de la région de la Marina Alta pour s’installer à l’étranger ont plus que doublé depuis dix ans.

En 2009, il y en avait 3098 personnes qui ont émigré, et aujourd’hui le chiffre s’élève à 6446. Chiffres qu’il faut garder à l’esprit, car le phénomène de l’émigration, sauf dans des situations exceptionnelles découlant de conflits armés ou de catastrophes naturelles, est étroitement liée au manque de possibilités d’emploi.

Il ne fait aucun doute que la crise y est pour beaucoup. Premièrement, à cause de ce que cela signifiait comme punition pour les économies familiales. Ensuite parce que, déjà en pleine reprise, la société continue de traîner une énorme précarité sur le marché du travail et des niveaux de salaires encore plus bas qu’avant la récession.

La Marina Alta dans son ensemble, a un taux de résidents qui habitent à l’étranger de 6,13%. En d’autres termes, pour 100 habitants inscrits au recensement d’une de ses municipalités, il y en a un peu plus de 6 à l’étranger. Cependant, le phénomène affecte très différemment selon les régions.

C’est à l’intérieur de la région que le taux est le plus élevé, ce qui aggrave le phénomène de dépeuplement. En particulier, dans les Valls de la Marina et la Vall de Pop. Elle dépasse 20% dans la Vall d’Ebo ; elle est proche de 18% à Xaló ; et elle est supérieure à 10% dans Benigembla, Murla, Vall d’Alcalà, Vall de Gallinera et Vall de Laguar.

 

Source : lamarinaplaza.com