La ruine totale du Port Sportif de Calp

Accueil/Actualités/La ruine totale du Port Sportif de Calp

La ruine totale du Port Sportif de Calp

Au Port Blanc de Calp, ne manquait plus que la passage de Gloria. La tempête a achevé la catastrophe. La destruction est maintenant brutale et tonitruante. Mais pendant les années d’abandon précédentes, ce port se fissurait déjà peu à peu.

L’histoire de ce port de plaisance, construit par la société VAPF en 1983 sur une partie de la côte du Morro de Toix, est tumultueuse. Le Conseil l’a scellée à deux reprises, en 2007 et en février 2016 (quatre ans se sont écoulés depuis cette deuxième clôture). Avant cela, elle a expulsé les sociétés concessionnaires. En mars de l’année dernière, elle a lancé un appel d’offres pour la concession et l’exploitation pour 30 ans de ce quai de 110 amarres.

Après la deuxième fermeture, le ministère des Travaux publics a investi 600 000 euros dans le renforcement de la digue de protection de cette marina. Ce brise-lames est le talon d’Achille de Puerto Blanco. Il est en train d’être dépassé par les tempêtes. La dernière, Gloria, la plus destructrice de mémoire d’homme, a fait éclater la section de la digue de l’embouchure et a également ouvert une brèche à son départ, situé à côté de l’accès à la plage de Les Urques. Cet accès a été enterré par de grosses pierres. Pendant ce temps, les énormes rochers de la digue sont instables. La houle a « mitraillé » les bateaux qui sont à sec.

Après l’avoir scellé, les propriétaires ont dû retirer leurs bateaux. Tous ne l’ont pas fait. La vingtaine qui sont encore sur le quai sont irrécupérables. Dans le dock où se trouve la grue, il y a même quelques catamarans.

Le port est maintenant en ruine. Une ruine totale. Il n’y a pas de profondeur suffisante. La société concessionnaire, lorsque le ministère débloquera l’appel d’offres, devra le draguer à fond et reconstruire les brise-lames pierre par pierre. Le travail est immense. Dans le cadre du concours que le ministère régional a lancé en mai 2019, trois millions d’euros était l’investissement que le nouveau concessionnaire devait réaliser. À cette époque, Puerto Blanco a montré les ravages de l’abandon. Aujourd’hui, son état est catastrophique.

Seuls deux pontons ont survécu. Mais ils sont dans un état de délabrement. Pendant ce temps, les bâtiments de la marine sont en ruine. L’ancien restaurant a été envahi par les fourmi légionnaires.

La maire de Calp, Ana Sala, et le conseiller pour la pêche et les ports, Paco Avargues, se sont rendus au ministère des travaux publics mardi et ont rencontré le directeur général des ports, Emilio Obiol. Plus tard, ils ont dit qu’ils n’en avaient rien tiré. M. Obiol a promis de recueillir des informations sur la phase dans laquelle se trouve l‘appel d’offres et de les transmettre au conseil municipal.

Puerto Blanco s’étend sur 7 800 mètres carrés de terre et a une surface d’eau de 11 000 m2. Tout est maintenant en ruine.

Le conseil municipal regrette depuis quelque temps que, dans ces dernières années d’expansion nautique de la Marina Alta, ce dock soit en cale sèche. Il y a 110 amarres qui ont été détruites. Calp prend du retard dans la course à la conquête des touristes avec bateaux.

Source : diarioinformacion.com

2020-02-17T12:21:27+01:00