La Marina Alta possède le 50% des zones les plus chères de la Communauté Valencienne

Le Portitxol à Xàbia

Le prix du mètre carré le plus élevé dans la Marina Alta : El Mascarat à Calp, El Portet à Moraira, la côte sud de Xàbia , La Sella Golf et Les Rotes à Dénia.

Il existe de nouvelles promotions, comme dans le village de Penyal, qui sont achetés exclusivement par des clients étrangers, alors que dans d’autres zones exclusives de la côte valencienne, comme Alicante, Benidorm ou Valence, les acheteurs nationaux prédominent.

L’un des principaux modèles urbanistiques issus de la bulle immobilière de 2008 dans la Marina Alta, celui du développement urbain de luxe destiné aux clients à fort pouvoir d’achat, est toujours en place. Ni les conséquences désastreuses du coronavirus ni les limitations de la mobilité n’ont pu venir à bout de la région, essentiellement grâce au client étranger qui, malgré toutes les difficultés, continue à acheter dans les endroits les plus paradisiaques de la côte : Calp, Xàbia, Dénia, Moraira….

Cela fait que des vingt zones de la Communauté Valencienne avec le mètre carré le plus cher, la moitié sont concentrées dans la Marina Alta selon le rapport de marché 20-21 qui a développé l’agence immobilière Engel & Völkers, spécialisée dans ce type de clientèle et qui depuis des années a une forte présence dans toute cette zone.

Ainsi, selon les opérations conclues au cours de l’année dernière, la zone de Mascarat à Calp est la plus chere des régions d’Alicante, avec un prix qui atteint 3 829 euros par mètre carré. Vient ensuite la plage de Sant Joan, dans la municipalité d’Alicante (3 225 euros/m2), puis une autre zone exclusive de la région, celle de la côte de Xàbia : le tronçon entre Balcón al mar, Costa Nova et Portixol de Xàbia, où le mettre mètre carré se situe dans les 3 200 euros.

Pour sa part, la zone d’El Portet à Teulada-Moraira est le quatrième dont le mètre carré est le plus cher dans l’ensemble, avec 3144 euros, mais si nous l’analysons rue par rue, c’est là que se trouvent les routes les plus chères de la côte de la région d’Alicante. Il s’agit notamment de la rue El Portet elle-même, avec un prix de 5 090 euros/m2 ; de la rue Punta Estrella, avec 4 978 euros/m2, et de la rue Sant Jaume, avec 4 782 euros/m2. Et elle est suivie par une autre rue de Calp, Calalga, avec 4750 euros/m2. Pour trouver des rues plus chères dans la Communauté Valencienne, il faut aller dans les rues exclusives de la capitale de Valence, comme la Reine ou Tramoyeres, au-dessus de cinq mille euros.

Du port de Xàbia au Sella Golf et Les Rotes de Dénia.

La liste des zones les plus chères comprend également le port de Xàbia (3100 euros par mètre) ; Cabo de las Huertas, à Alicante (3000 euros) ; le II Muntanyar à Xàbia (2800), le centre d’Alicante (2750) la plage de Poniente à Benidorm (2700) ; la zone de Gran Sol à Calp (2660), ou la Playa de las Rotas, à Denia (2600) est traditionnellement une autre des enclaves de maisons de luxe, surtout dans sa première ligne convoitée.

La ville de Valence a une moyenne de 2241 euros et encore au-dessus des deux mille par mètre carré sont d’autres zones de la région comme la Colina del Sol à Calp, la Pinada de Teulada Moraira ou Sella Golf et certaines sections spécifiques de Les Marines à Dénia. Pour en trouver d’autres de cette liste sélective sur la côte de la région autonome, il faut descendre en dessous de 1900 euros, qui est le prix du mètre carré à Benicàssim, à Castelló.

Acheteurs européens

L’agence immobilière souligne le pourcentage élevé d’acheteurs étrangers dans ce segment du marché et le fait qu’ils se concentrent dans la Marina Alta : à Calp, toutes les ventes sont réalisées auprès de personnes d’autres nationalités et dans la zone de Mascarat, entre cette commune et Altea, on a constaté une augmentation substantielle des prix encouragée par des promotions de nouvelles constructions toujours auprès de clients non espagnols : 43% d’Allemands, 29% de Néerlandais, 14% de Belges et encore 14% d’Anglais.

À Dénia et à Xàbia, la clientèle étrangère est également très majoritaire. Depuis quelque temps, ces deux dernières villes connaissent un bon élan urbanistique que la pandémie n’a apparemment pas arrêté et qui, dans le cas de Dénia, capitale de la Marina Alta, a l’impulsion de l’acheteur français. Ce qui ressort, c’est que l’entreprise susmentionnée compte une majorité d’acheteurs nationaux dans d’autres régions où le mètre carré est également très cher, comme c’est le cas d’Alicante (53%) et de Benidorm (55%) ou de Valence même, avec 70%.

La liste des zones les plus chères comprend également le port de Xàbia (3100 euros par mètre) ; Cabo de las Huertas, à Alicante (3000 euros) ; le II Muntanyar à Xàbia (2800), le centre d’Alicante (2.750) la plage de Poniente à Benidorm (2 700) ; la zone de Gran Sol à Calp (2660), ou la Playa de las Rotas, à Denia (2600) et traditionnellement une autre des enclaves de maisons de luxe, surtout dans sa première ligne convoitée.

La ville de Valence a une moyenne de 2.241 euros et encore au-dessus des 2000 par mètre carré sont d’autres zones de la région comme la Colina del Sol à Calp, la Pinada de Teulada Moraira ou Sella Golf et certaines sections spécifiques de Les Marines à Dénia. Pour en trouver d’autres de cette liste sélective sur la côte de la région autonome, il faut descendre en dessous de 1 900 euros, qui est le prix du mètre carré à Benicàssim, à Castelló.

Source : lamarinaplaza.com