La Communauté Valencienne étudie l'interdiction de fumer dans la rue

Le ministère de la santé étudie la mesure consistant à interdire de fumer dans la rue si la distance de sécurité n’est pas suffisante, une décision qui a déjà été prise en Galice et dans les îles Canaries comme mesure pour stopper l’augmentation des cas de coronavirus.

Cela a été assuré à EFE par des sources de ce département de la Generalitat, qui ont seulement indiqué que la Communauté Valencienne envisage de mettre en œuvre cette mesure.

La Xunta a officialisé, avec la publication dans le Journal Officiel de Galice, l’interdiction de fumer dans la voie publique et les espaces extérieurs, y compris les terrasses, si la distance de sécurité de deux mètres n’est pas respectée par l’accord des personnes ou les dimensions du lieu.

La mesure a été mise en œuvre après considérer, souligne le bulletin, les risques associés à cette pratique, et à la pratique du « vapear », en raison de la manipulation du masque, du contact répétitif des doigts avec la bouche après avoir touché des produits ou des ustensiles qui pourraient agir comme un émetteur inanimé, et de l’assouplissement de la séparation obligatoire entre les personnes.

L’interdiction de fumer dans les rues et les terrasses des bars si la distance de sécurité n’est pas respectée a commencé ce jeudi en Galice et dans les îles des Canaries, tandis que d’autres régions comme Madrid, Castilla y León et Castilla-La Mancha, Communauté Valencienne dans le centre et sud, et l’Andalousie envisagent de mettre en œuvre la mesure sans précédent contre le coronavirus.

Selon l’arrêté publié mercredi soir en Galice, il est interdit d’enlever le masque, qui est obligatoire pour fumer dans les lieux publics si vous ne pouvez pas vous tenir à au moins deux mètres des autres personnes.

La Société espagnole d’épidémiologie a demandé en juillet l’interdiction de fumer à l’extérieur, car « les fumeurs infectés et asymptomatiques peuvent émettre des gouttelettes d’eau avec le virus du SRAS-CoV-2, mettant ainsi en danger le reste de la population.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a noté que les fumeurs peuvent être plus vulnérables à l’infection et peuvent augmenter la possibilité de transmission de covid-19 puisque fumer implique de toucher les lèvres avec les doigts.

Source : elmundo.es / lasprovincias.es