Calp démolit une maison historique pour construire une autre tour au bord de mer
L’ACEC (Association Culturelle et Écologique de Calp)) prévient que le futur bâtiment en première ligne n’est pas soumis à des limites de hauteur : à côté, il y a déjà un bâtiment de 16 étages
La démolition a eu lieu en plein confinement
La vente du bâtiment historique a été clôturée pour 5 millions d’euros et le chiffre d’affaires de la future tour pourrait dépasser les 20 millions

Même pendant la période de confinement, Calp n’est pas épargnée par le double débat sur la destruction de son patrimoine historique et sur l’avenir de son urbanisme. C’est pendant ces longues journées de restrictions de la mobilité que le marteau piqueur a détruit un autre symbole du passé plus récent de la municipalité, une maison typique de la bourgeoisie valencienne située à côté de la promenade de la plage du Bol construite en 1945 qui est maintenant révolue : elle a été démolie afin de construire une nouvelle tour sur la ligne de front. Maintenent n’y a plus rien là-bas. Juste un terrain stérile et clôturé.

La maison n’était pas protégée, donc la démolition est légale, mais avec ses soixante-dix ans de vies, elle avait une certaine valeur historique. Mais surtout l’opération, dénoncée par l’Association culturelle et écologique de Calp (ACEC), ouvre la porte à une nouvelle augmentation de la pression urbaine sur la bande côtière de la ville au moment où la crise du coronavirus va faire réfléchir toutes les municipalités sur leur avenir.

Le terrain en question, situé rue Portugal dans le secteur Morelló PP-1, mesure 1 663 m2. L’ACEC a interrogé le gouvernement local (PP et Ciudadanos) sur son avenir, bien que tout semble indiquer qu’une tour y sera construite : bien sûr, les règlements d’urbanisme actuels de la région le permettent, car avec une parcelle minimale de 500 mètres, il y a une liberté dans le nombre d’étages. Sur la parcelle annexe, qui fait 750 m2, se trouve un bâtiment de 16 étages. Et celui dont la maison vien d’être detruite, est beaucoup plus important.

En fait, cette démolition n’a pas surpris les citoyens de Calp. Du moins, pas entièrement. L’année dernière, l’ACEC a averti que des éléments décoratifs de la petite maison avaient commencé à être démontés, notamment des céramiques de Manises et une figure Mariana. Déjà en août 2019, cette entité a prédit l’avenir de cette maison historique.

Bien que l’on ne connaisse pas encore beaucoup de détails sur le résultat final du projet de développement urbain, les experts de la région assurent que la vente du terrain et de la maison de 1945 s’est soldée par plus de cinq millions d’euros, de sorte que le chiffre d’affaires pour le promoteur pourrait dépasser les 20 millions.

La maison avant sa démolition entourée de tours.

Source : lamarinaplaza.com